Lutter contre le frelon asiatique

Arrivé en France en 2004, le frelon asiatique, Vespa velutina, a très vite colonisé le territoire. Le développement de ce frelon inquiète car il se nourrit principalement d'abeilles. Ses colonies sont en général plus populeuses que le frelon d'Europe et l'on retrouve ses nids sous les toits, dans un mur ou dans le sol même s'il préfère nettement les installer dans les hautes branches des arbres. Le premier nid a été repéré en 2013 dans le Calvados et en 3 ans, ils sont devenus innombrables... 

Nid de frelon asiatique : que faire ?

Des communautés de communes/d’agglomération et certaines communes ont adhéré à la démarche de lutte collective contre le frelon asiatique confiée au printemps 2017 à la Fredon Basse-Normandie par les services de l’Etat et le Département du Calvados.

Cette démarche de lutte collective ne concerne que les nids de frelons asiatiques. Le frelon asiatique n’est pas une espèce locale. La prédation importante de ce frelon a une incidence sur les espèces autochtones (notamment les abeilles) et peut causer des dégâts plus ou moins importants sur la biodiversité locale. L’espèce non seulement s’est très bien acclimatée, mais s’est aussi multipliée, en raison d’un taux de reproduction élevé et à l’absence de prédateurs.  

Asiatique ou européen ?

Pouvoir reconnaitre le frelon asiatique et son nid (qu’il soit primaire ou secondaire) : lien vers le site de la Fredon Basse-Normandie.

Qui contacter ?

Si vous repérez un nid secondaire (plus gros et dangereux que les nids primaires) de frelons asiatiques, n’intervenez pas vous-même. Ne vous en approchez pas. Signalez le nid à la mairie de la commune où il se situe, en précisant sa localisation précise et vos coordonnées. Un référent communal formé aura peut-être besoin de se déplacer jusqu’au nid pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un nid de frelons asiatiques.

Attention aux mauvais réflexes :

  • Il ne faut surtout pas intervenir soi-même sur un nid secondaire (risque d’attaques collectives, risque de dispersion des frelons et des reines fondatrices).

  • Il est inutile de signaler l’observation d’un individu sans avoir localisé son nid.

  • La Fredon déconseille fortement d’utiliser des pièges non homologués et/ou non sélectifs.

  • Il est inutile de signaler le nid au SDIS sauf en cas de risque imminent pour la population.